Point d’intérêt 1/6

Place du Peuple et église de Santa Maria

Audioguide en texte

Dépliez ce bandeau si vous préférez lire seul le texte de l’audioguide de cette étape.

[ Cliquez pour afficher ]

Bienvenue, dans cet audioguide vous connaîtrez quelques anecdotes qui contiennent des curiosités de notre ville et que je suis sûr que vous aimerez connaître. Tout d’abord, je parlerai de l’église de Santa Maria, nous parcourrons quelques rues dans un parcours circulaire, nous connaîtrons les histoires de ses bâtiments les plus représentatifs et la vie de certains des personnages les plus illustres d’Albox au XIXe siècle.

Grâce à la tradition orale de la commune, il a été possible de conserver ces précieux témoignages, qui mettent au jour les fondements de la culture, des coutumes et du mode de vie des Albojenses de cette époque.

Nous commençons notre visite par la place du village, où nous pouvons voir le bâtiment religieux le plus ancien d’Albox, l’église paroissiale de Santa Maria. Elle a commencé à être construite pour la dévotion de la Vierge du Rosaire entre 1718 et 1728 sous la direction des maîtres Juan Lopez de Robles et Alfonso Gutierrez.
Avec des ajouts au cours des siècles suivants. Cette église au plan en croix latine présente une façade baroque très similaire à celle du couvent des Puras dans la ville d’Almeria, on peut y observer des colonnes toscanes. Sur son linteau se trouve un entablement formé par des guirlandes et un majestueux blason couronné au centre. À gauche de celui-ci,
l’écusson majestueux original est conservé déplacé.

Il est nécessaire de signaler que la porte principale de l’église était la porte dite colorá, située dans la rue latérale à droite de l’église, car la ruelle que l’on peut voir à droite, n’existait pas, c’était une maison de l’administrateur du Marqués de los Vélez et il a autorisé l’ouverture de cette ruelle pour donner sortie à la place. L’entrée de l’église étant la puerta colorada, la première chapelle que l’on trouve est celle de l’aide perpétuelle. Au départ, c’était l’autel principal. L’église de Santa Maria était surtout célèbre pour l’utilisation du fer. Dans l’autel principal, il y avait une balustrade, en plus de la balustrade du chœur et de la chaire, toutes deux en fer forgé et ornementées.

Aujourd’hui agrandi, son toit présente des voûtes en berceau et une coupole élancée. Au cours de la seconde moitié du XVIIIe siècle, plusieurs chapelles privées ont été ajoutées à l’église paroissiale de Santa María, ce qui a considérablement agrandi le plan du temple. Le premier autel, lorsqu’on y accède par la droite, est la chapelle de la Virgen del Carmen. Juste en face d’elle, dans la partie supérieure au-dessus de l’arc, elle possède un balcon, avec sa balustrade, où était suspendu l’orgue. Cet orgue, qui date du XVIIIe siècle, a malheureusement été détruit et il ne reste aujourd’hui que son mobilier, qui fait partie du retable de la Virgen del Carmen.

L’essor d’Albox et sa renaissance ont eu lieu avec l’arrivée de l’évêque d’Almeria, Don Claudio San Torres Ruiz de Castañeda, qui fut celui qui, avec le seigneur féodal de l’époque, le Marquis de los Velez, décida de consacrer une partie des revenus de l’église et des revenus du Marquis, à la valorisation de l’église. Le retable actuel, récemment rénové, a été construit parce que le précédent, qui selon l’histoire se distinguait par sa grande beauté, a été vendu pendant la guerre civile pour faire du bois de chauffage, comme on dit dans le langage populaire “a 8 gordas la arroba”.

Vous avez aimé connaître toutes ces informations ? Eh bien, allez dans la maison à gauche de l’église et rejoignez-moi pour continuer à vous révéler des curiosités que vous aimerez sur d’autres coins de notre ville.

Nous continuerons à parler de l’Antigua Casa del Cura et de la Calle de la Reja de la Cárcel.

Continuez ce guide audio avec le reste des points d'intérêt